Aller au contenu principal
mim building

Histoire du MIM

Fondé en 1877, le musée instrumental du Conservatoire royal de musique de Bruxelles, aujourd’hui connu sous le nom de Musée des Instruments de Musique (MIM), est l’un des plus importants musées d’instruments de musique au monde. C’est aussi l’un des musées bruxellois qui rencontre le plus de succès. Depuis le mois de juin 2000, date de son installation dans les anciens bâtiments des magasins Old England, il a accueilli près d’un million et demi de visiteurs dans ses salles d’exposition – celles-ci présentant sur près de 3000 m² quelque 1200 instruments rassemblés autour de cinq thématiques : les instruments traditionnels belges et européens, les instruments extra-européens, la musique savante occidentale, les instruments à cordes et à clavier et les instruments mécaniques, électriques et électroniques.

Création du Musée instrumental

À l'origine même de la création du MIM se trouvent réunies deux collections d'instruments de musique, d'une part celle du célèbre musicologue belge François-Joseph Fétis (1784-1871) achetée en 1872 par l'État belge et entreposée au Conservatoire où Fétis avait exercé les fonctions de premier directeur et, d'autre part, celle offerte en 1876 au roi Léopold II par le Rajah Sourindro Mohun Tagore (1840-1914), comprenant une centaine d'instruments indiens.

Fétis & Tagore
Fétis & Tagore

Victor-Charles Mahillon (1841-1924)

Avec ces deux collections d'origine, le MIM était déjà remarquablement riche pour l'époque. Mais c'est le premier conservateur Victor-Charles Mahillon (1841-1924) qui va le hisser parmi les premiers du monde et qui va accroître considérablement ses collections.

Dès 1877, Mahillon crée un atelier de restauration au sein du MIM où il occupe un ouvrier de sa manufacture, Franz de Vestibule. Celui-ci restaure les pièces endommagées, mais il procède également à des copies d'instruments conservés dans d'autres collections publiques dont il n'existe plus d'exemplaire original. 

Entre 1880 et...

Lire plus
Mahillon
Victor-Charles Mahillon

Les collections d'après Mahillon jusqu'à nos jours...

Après la Première Guerre mondiale, les donateurs et mécènes se font plus rares. De 1924 à 1968, seulement quelque 1 000 instruments entrent dans les collections. Jusqu'en 1957, les conservateurs qui sont tour à tour à la tête du MIM, Ernest Closson (de 1924 à 1936), son fils Herman (de 1936 à 1945) et René Lyr (de 1945 à 1957) n'ont pas d'autre choix que de limiter leurs activités à la seule préservation des instruments rassemblés, dans des conditions pas toujours satisfaisantes, car les budgets alloués à l'institution sont tout à fait insuffisants.

Avec l'arrivée de Roger Bragard (1903...

Lire plus
Roger Bragard
Roger Bragard