Print

Trompette de cavalerie

aérophone

trompette de cavalerieDepuis longtemps, des instruments à vent sont utilisés pour la transmission de signaux sonores à des fins utilitaires. Il s'agit principalement d'aérophones à anche lippale ou labrosones, désignés dans le langage courant comme instruments de la famille des cuivres. Ils peuvent néanmoins être construits dans différents matériaux : bronze, laiton, cuivre, ivoire, corne, bois, etc. Leur mode de production sonore est l'élément qui les caractérise : la vibration des lèvres sur une embouchure, amovible ou non.

L'utilisation d'une corne de bovidé pour la transmission de signaux sonores remonte sans aucun doute à la Préhistoire. De l'Antiquité à nos jours, divers types de trompettes sont en usage dans le cadre militaire et cérémoniel. À l'armée, elles étaient bien utiles pour transmettre les ordres durant le vacarme et la confusion des batailles. En résumé, elles sont là pour signaler, reconnaître, faire agir, annoncer, célébrer, rythmer, divertir, etc.

L'usage militaire des trompettes est évidemment soumis à des codes stricts et se limite à quelques notes dont l'agencement sous forme de sonneries est clairement identifiable. La trompette naturelle, dite « de cavalerie », et le clairon - de perce plus large - sont les instruments de prédilection de cet usage.

De nos jours, les trompettes de cavalerie font toujours partie de l'effectif de la musique militaire dans beaucoup de pays. En Belgique, on peut les voir en action auprès de la Musique royale des Guides, la principale musique militaire belge, fondée en 1832 en tant que « Musique particulière du roi ». La réputation des Guides et de leur corps de trompettes a largement dépassé nos frontières. On peut aussi épisodiquement en voir lors des spectaculaires sorties de l'Escorte royale à cheval - dépendant de la Police fédérale - qui accompagne le roi lors de certaines sorties protocolaires.

Le Corps de trompettes de la Musique royale des Guides se compose actuellement de 18 trompettistes, dirigés par un trompette-major. L'ensemble se produit conjointement avec l'orchestre d'harmonie de la Musique royale des Guides ou indépendamment de celui-ci, lors de concerts, de défilés, de tatoos, de cérémonies religieuses ou patriotiques, etc. Si l'on ne peut imaginer entendre l'emblématique Marche du 1er Régiment des Guides sans les fameuses sonneries serrées du Corps de trompettes, celui-ci remplit aussi, seul, nombre de missions protocolaires.

Les instruments utilisés par le Corps de trompettes sont des trompettes naturelles un peu spéciales : accordées en mi bémol, elles sont munies d'un piston - un cylindre rotatif - qui permet de modifier la tonalité vers si bémol. Deux séries de sons harmoniques sont donc à disposition des trompettistes. C'est un peu comme si un seul instrumentiste disposait de deux instruments en un : une trompette de cavalerie et un clairon.

Suite au renouvellement des instruments, l'état-major des Musiques royales de la Défense a fait don au mim d'instruments utilisés par la Musique royale des Guides. Parmi ces instruments, figure une des trompettes de cavalerie fabriquées par la firme bruxelloise Persy, encore dotée de son cordon décoratif à deux glands. Cet instrument fait partie du patrimoine sonore belge car il a sonné durant plusieurs décennies - et jusqu'en 2015 - au sein du Corps de trompette. Sans le savoir, vous l'avez certainement entendu lors d'un défilé du 21 juillet ou à une autre occasion, en live ou à la télévision.

 

Media
Images: 
Trompette de cavalerie, J. Persy, Bruxelles, seconde moitié du XXe siècle
inv. 2016.0093.001. Don Musiques royales de la Défense. © MIM, S. Egan
Corps de trompettes, Musique royale des Guides. © J. Braekevelt, Belgian Defence
Trompette et timbalier de la Garde impériale, France, vers 1880, © mim
External Video
See video
See video
See video
Disclaimer: