PrintEnvoyez la page

'La musique traditionnelle en Belgique', une série documentaire produite par le mim

Dans un souci de conservation et d'archivage, le mim a réalisé plusieurs films en rapport avec la musique traditionnelle en Belgique.

Un premier film présente une manifestation sonore pour le moins curieuse liée à nos massifs forestiers : un concours d'imitation du brame du cerf. Issues d'anciennes traditions de chasse, ces compétitions d'imitation de brame du cerf sont assez répandues en Allemagne et en Europe de l'Est. Elles existent en France depuis 2013, et en Belgique depuis 2014, où elles ont lieu chaque année au Fourneau-Saint-Michel, près de Saint-Hubert. Rencontres passionnées entre amateurs de la nature, elles constituent aussi un phénomène musical à part entière. Les imitations reposent sur une finesse d'écoute et de restitution très développées. Comme le montre le film, il existe une grande variété dans la qualité et la capacité expressive des « brameurs ».

Un second film s'intéresse au « hanske knap ». Hans knap knap knap, une petite pièce pour couper le barbe de Hans ! Elle n'a pas été coupée depuis cent ans. Voyez comme elle est longue ! Oh Hans, Oh Hans ! Une petite pièce dans le Hans ! Ainsi résonne le chant des knappers, qui vont de porte en porte souhaiter des bons vœux aux habitants le jour du « Lundi perdu », le lundi suivant la fête des Rois. Cette tradition était autrefois très présente dans le Polder anversois, mais ne se voit plus que dans les seuls villages de Berendrecht et de Zandvliet. Mais pour combien de temps encore ?

Enfin, un troisième film raconte la fête traditionnelle des crâmignons, une danse traditionnelle en chaîne autrefois pratiquée dans toute la région de Liège. Il ne l'est plus aujourd'hui que dans les villages de la Basse-Meuse, entre Liège et la frontière hollandaise, mais aussi dans quelques entités du Limbourg néerlandais. Tout un après-midi durant, deux sociétés rivales du village, Bleus et Rouges, paradent dans les rues, les hommes en smoking, les femmes vêtues de robes somptueuses, généralement confectionnées par elles-mêmes ou leur entourage. À Hermalle-sous-Argenteau, près de Visé, la fête dure cinq jours. Elle se termine par le crâmignon de la Jeunesse (le lundi, pour les personnes non mariées), et le gigantesque crâmignon ouvert à tous (le mardi). Ce dernier est sans conteste le plus impressionnant pour l'observateur extérieur. Tout le reportage a été tourné le mardi. Nous nous sommes plus particulièrement focalisés sur l'aspect musical de l'événement et les fanfares.

Les vidéos, toutes sous-titrées en anglais, ont été publiées sur notre chaîne Youtube. D'autres vidéos autour de ce thème viendront prochainement enrichir cette page.