PrintEnvoyez la page

La chalemie

aérophone

La chalemie fut un instrument très populaire depuis le Moyen Âge jusque au début de l'ère baroque. Son nom provient du latin calamus, qui signifie "roseau" : schalmei (Pays-Bas), Schalmey (Allemagne), shawm (Angleterre), chirimia (Espagne), ciaramella (Italie). Elle appartient à la grande famille des instruments à anche double, qui comprend aujourd'hui encore de nombreux parents dans la musique populaire : chirimia (Mexique), suona (Chine), zurla (Ex-Yougoslavie), sruni (Java), bombarde (Bretagne), ghaita ou rhaita (Afrique du Nord), zurna (Turquie, Azerbaïdjan, Arménie). Tous ont en commun les éléments suivants : une anche double, parfois une pirouette, une perce conique et un large pavillon.

La chalemie au Moyen Âge

Les instruments à anche double et perce conique sont vraisemblablement déjà connus des Etrusques au 5e siècle avant Jésus-Christ, et de là également des Romains. Pourtant, pendant une longue période du Moyen Âge, nous n'en trouvons plus aucune trace en Europe, alors qu'ils restent attestés au Proche Orient, en Turquie, en Inde et en Extrême Orient. À partir du 13e siècle, des représentations les montrent à nouveau jouant en petits groupes (trois à quatre musiciens), avec des bombardes (une chalemie de taille plus grande) et/ou trompettes à coulisse. Ces formations à succès, composées de « Hauts instruments » sont aussi dénommées « alta capella ». À la fin du Moyen Âge, elles sont les garantes d'une musique virtuose (signaux, danses, polyphonies) qui se fait entendre aussi bien à la ville que dans les cours.

La chalemie aux 16e et 17e siècles

Les deux chalemies présentées dans la vitrine Ménétriers aux 16e et 17e siècles sont l'œuvre du facteur espagnol Melchor Rodriguez et appartiennent au groupe que nous nommons aujourd'hui « chalemie Renaissance ». Ce type de chalemie possède la même tessiture que ses homologues médiévaux et populaires mais ont un timbre plus riche et chaud, grâce à l'allongement du tuyau, l'ajout de trous de résonnance et le large pavillon. Le Theatrum Instrumentorum (Wolfenbüttel, 1619) de Michael Praetorius fait une description de l'instrument. La planche XI de cette encyclopédie , donne l'image de la famille complète des chalemies : petite chalemie (chalemie sopranino), chalemie (chalemie soprano), bombarde alto, bombarde ténor ou basset et enfin bombarde basse. Les plus grands formats de chalemie (bombardes) seront surtout utilisés jusqu'au milieu du 16e siècle. Ensuite les tessitures les plus graves seront progressivement remplacées par les trombones et douçaines, d'un usage plus souple. 

La pirouette

Une pièce de bois tourné placée dans la partie supérieure de la chalemie. Elle entoure la base de l'anche. Sa face supérieure sert d'appui pour les lèvres, tandis que la pression est réglée par l'air contenu dans les joues. Ici donc, l'anche n'est pas du tout contrôlée par les lèvres et les dents. Cette manière de jouer convient parfaitement aux conditions historiques de la pratique du jeu : les musiciens devaient jouer longtemps et fort afin d'agrémenter les banquets, bals et cortèges.

Gaucher ou droitier?

Au Moyen Âge et à la Renaissance, il n'existait aucune manière standard de tenir l'instrument : la main droite pouvant boucher les trous du bas ou inversement. Pour le septième trou (petit doigt inférieur), deux trous étaient prévus, à droite et à gauche. Celui qui n'était pas utilisé était bouché avec de la cire. Les instruments les plus grands recevaient une clef utilisable tant par la main droite que par la gauche.

La chalemie à l'époque baroque

L'esthétique musicale se modifie dans la deuxième moitié du 17e siècle. Les compositeurs aspirent à des instruments à vent capables de se mêler aux cordes dans l'orchestre. Les Hotteterre, une famille de facteurs d'instruments, mettent alors au point un nouveau modèle : le hautbois. Celui-ci se répandra rapidement à travers l'Europe. Les deux instruments continueront à se côtoyer un moment, mais dans le courant du 18e siècle, la chalemie disparaîtra du monde de la musique.

Methode pour chalemie

Pour les musiciens souhaitant apprendre l'instrument, il existe une méthode écrite par Aline Hopchet. Les deux premières parties (FR/NL) sont éditées par la maison Kreastion (Schoten). Une version anglais/allemand est éditée aux éditions Cornetto. Ces livres et le CD sont disponibles à la librairie du MIM.

Media
Images: 
Chalemie, Melchor Rodriguez, Madrid, 1665-1700
Chalemie, Melchor Rodriguez, Madrid, 1665-1700
Vitrine Ménétriers, mim
Michael Praetorius, Theatrum instrumentorum, Pl.XI
Michael Praetorius, Theatrum instrumentorum, pirouette
Idem, fontanelle, boîtier de protection de la clef
Trio de chalemies et trompette à coulisse, Pinturichio, Siena, 1503
External Video
See video