Print

janggu

membranophone

Instrument emblématique de la Corée, le janggu ou 장고 est omniprésent dans les musiques traditionnelles. Il est joué par des musiciens professionnels ou populaires, dans des ensembles ou pour accompagner un soliste ou un chanteur. On pouvait l'entendre à la cour comme on l'entend à la ville et à la campagne.

Le janggu  appuie la structure rythmique des pièces et accompagne les instruments mélodiques ; il joue le rôle central dans l'ensemble contemporain de percussions samulnori. Le janggu a aussi développé un répertoire soliste qui révèle toute la virtuosité dont il est capable.

Représenté sur des peintures et des sculptures dès le premier millénaire, le janggu est cité dans la littérature depuis 1076. Une notation musicale avec les rythmes apparaît au XVe siècle : la partie du janggu y est depuis régulièrement décrite. Chaque type de frappe est également représenté par une onomatopée qui sert à mémoriser et à transmettre les phrases musicales.

Le corps de l'instrument est sculpté dans un bloc de paulownia, bois très utilisé pour la lutherie en Asie orientale. Les deux peaux tendues sur le fût sont d'épaisseurs différentes. Deux baguettes sont utilisées pour le jeu : l'une en bambou pour la main droite, l'autre terminée par une boule. Cependant, selon les types de musiques, le musicien peut n'utiliser qu'une baguette et frapper l'autre peau de la main gauche.

Si comme les autres instruments coréens le janggu se joue assis en tailleur, il est aussi porté par les danseurs dans des musiques paysannes endiablées.

Le janggu que vous pouvez admirer actuellement au MIM fait partie des 17 instruments offerts en 2011 par le National Gugak Center, l'Institut de Musique Traditionnelle de Séoul. Il a été fabriqué dans la ville de Paju par l'atelier Yeonaksa.

Media
Images: 
janggu 2011.217
janggu 2011.217
janggu 2011.217
Gugak National Center for Korean Traditional Performing Arts