Print

Guitarrón

cordophone

 

Guitarrón se traduit par « grande guitare » (le suffixe « ón » signifiant « grand » en espagnol). Il se présente comme une guitare, mais à la morphologie très particulière. Il comporte six cordes.  Son manche est court et ne possède pas de frettes. Sa caisse de résonance, bombée, est imposante et d'une épaisseur telle qu'elle oblige le musicien à incliner l'instrument vers le haut, afin de pouvoir l'enlacer et atteindre les cordes avec le bras droit  Les cordes sont pincées avec la pulpe des doigts de la main droite, et, du fait de l'absence de frettes sur le manche, ont une action assez haute. Une grande force dans la main gauche est donc nécessaire pour les raccourcir. La grande taille de la caisse, ainsi que sa morphologie, donnent au guitarrón un son à la fois puissant et richement coloré.

Le guitarrón  apparaît au Mexique au 17e siècle. A l'époque, plusieurs instruments de musique d'origine européenne commencent à être largement utilisés en Amérique centrale, ainsi qu'en Amérique du Sud. Les luthiers locaux produisent alors des instruments inspirés des instruments européens, mais présentant des caractéristiques typiquement latino-américaines. C'est le cas du guitarrón. Malgré leur ressemblance, il n'est pas certain que le guitarrón dérive directement de la guitare. Il est probable qu'il trouve son origine dans un autre instrument apporté par les espagnols au 16e siècle, le bajo de uña, nom qui peut se traduire par basse à onglet.

Le guitarrón est un instrument central dans les ensembles Mariachi (vidéo), qu'il soutient de ses notes graves. Ces ensembles, développés au 19e siècle dans la province mexicaine de Jalisco, sont issus du syncrétisme entre les musiques pré-colombiennes, européennes et africaines. Dans le courant du 20e siècle, ce courant musical quitte les campagnes et s'urbanise peu à peu. De nos jours, il est si populaire qu'il est souvent perçu comme une image du Mexique dans son ensemble.

 Dans l'orchestre Mariachi, le guitarrón expose la ligne de basse, le schéma rythmique et l'harmonie. Son timbre doux contrebalance la sonorité éclatante des cuivres. Il forme avec la harpe et la guitare la section rythmique de l'ensemble, appelée las armonias. Cependant, le guitarrón  tend aujourd'hui à remplacer la harpe, car plus facile à transporter. Le violon et les cuivres jouent quant à eux la mélodie.

Le musicien joue souvent en octaves parallèles, ce qui est facilité par l'accord de l'instrument. Les cordes ne progressent pas en effet d'une manière linéaire de la plus grave à la plus aiguë, mais la corde la plus aiguë est en réalité rabaissée d'une octave. Elle sonne ainsi une octave plus haut seulement que la corde la plus grave.

Le guitarrón  donne aux ensembles de Mariachi leur sonorité typique. On dit que si le guitarrón  manque, il ne peut pas y avoir de représentation!

 

 

External Video
See video
See video

Archive

06/2011
07/2011
09/2011
10/2011
11/2011
12/2011
01/2012
02/2012
03/2012
04/2012