Print

Geigenwerk

cordophone

Le Geigenwerk est un des rares instruments à cordes et à clavier capable de produire des sons longs et soutenus. Ses cordes ne sont pas pincées comme celles du clavecin, ni frappées comme celles du piano, mais frottées par quatre roues de métal recouvertes de parchemin qui agissent un peu comme des archets. Les roues sont actionnées par une manivelle située à l'arrière de l'instrument. Le musicien assis au clavier enfonce les touches, faisant chaque fois descendre les cordes correspondantes contre la roue en mouvement.

On sait peu de choses sur l'origine du Geigenwerk. Il y avait déjà une esquisse de Leonardo da Vinci, Michael Praetorius le mentionne aussi dans son Syntagma Musicum en 1620, où il attribue l'instrument à Hans Haiden qui vécut à la fin du 16e siècle à Nuremberg. Plusieurs princes européens auraient possédé un tel instrument : l'empereur germanique Ferdinand II, Ferdinand de Médicis à Florence, ou encore Philippe II  à l'Escorial.

Ce Geigenwerk-ci provient d'Espagne. L'instrument autrefois recouvert d'une grande pièce de drap armorié, aurait été utilisé jusqu'à la fin du 18e siècle pour accompagner certains offices dans la cathédrale de Tolède. C'est le seul exemplaire historique entier conservé. Plus récemment, plusieurs facteurs ont tenté d'améliorer le Geigenwerk ou Viola organista. Entre eux l'allemand Kurt Reichmann, le japonais Akio Obuchi ou encore le polonais Sławomir Zubrzycki.

Media
Images: 
Geigenwerk inv.2485
détail du Geigenwerk
Syntagma Musicum, Michael Praetorius
External Video
See video