Print

clavicorde lié

cordophone

Dans un clavicorde, les paires de cordes sont mises en vibration par une tangente qui frappe les cordes et qui est fixée à l'arrière de chaque touche. Il s'agit dans ce cas-ci d'un modèle dit «clavicorde lié» qui est caractérisé par le fait que, contrairement au «clavicorde libre», les touches partagent avec d'autres une même paire de cordes. Par conséquent, les touches qui sont «liées» à une même corde ne peuvent pas être jouées simultanément.

Le clavicorde portant le numéro d'inventaire 1619 était catalogué comme instrument flamand du début du XVIIe siècle. Restauré en vue de réaliser des enregistrements et d'être joué en concert, le facteur Joris Potvlieghe a proposé une nouvelle attribution.

Le papier "flamand" avec ses dessins d'hippocampes qui est collé à l'intérieur du couvercle, est en effet bien connu comme ornement sur les instruments de la célèbre famille de facteurs anversois Ruckers. Or, le papier en question étant de qualité inférieure, il semble probable qu'il ait été appliqué dans une période plus tardive. C'est également le cas de la tessiture ou de l'étendue du clavier à quatre octaves complètes qui daterait d'une période ultérieure au XVIIe siècle.

Une étude approfondie des dimensions, des matériaux utilisés et des cordes ont conduit Joris Potvlieghe à l'hypothèse que l'instrument aurait plutôt été réalisé au début du XVIIe siècle dans le Nord de l'Allemagne ou en Scandinavie. Dans le courant du XVIIIe siècle, l'instrument aurait été transformé à Anvers ou dans les environs, où la tessiture a été étendue, tandis que le couvercle a été couvert de papier "flamand". Au XXe siècle, quelqu'un a désiré rétablir l'état original de l'instrument, mais n'a pas effacé toutes les modifications apportées au cours du temps.

Media
Images: 
clacivorde lié inv.1619
clavicorde lié inv.1619 vu d'en haut